MAKERXCHANGE | Projets européens

Mobilité des makers : entretien avec Stephen Kovats de r0g Agency

This post is also available in: English

Dans le cadre des efforts de MakersXchange (MAX) pour définir l’état de l’art des programmes de mobilité pour les makers, Makery et UPTEC Porto mènent une série d’entretiens approfondis pour mieux comprendre les besoins des makers en perspective d’un futur programme pilote porté par MAX. Nouvel entretien avec Stephen Kovats de r0g_agency for open culture and critical transformation.

Stephen Kovats est un chercheur canadien en études culturelles et média, avec une formation en architecture et urbanisme. De 2007 à 2011, il a été directeur artistique de Transmediale. En 2012, il a fondé l’organisation transnationale à but non lucratif r0g_agency pour la culture ouverte et la transformation critique. L’UPTEC a eu la chance de rencontrer Stephen Kovats et fait part de ses réflexions au sujet du projet MakersXchange.

Pouvez-vous vous présenter ? Avez-vous travaillé en tant qu’indépendant et/ou êtes-vous impliqué dans des organisations culturelles/makers ?

Stephen Kovats : Je m’appelle Stephen Kovats, je suis un Canadien vivant à Berlin. J’ai fait des études d’architecture et d’urbanisme, mais je me suis toujours intéressé à ce que nous appelons le media space, c’est-à-dire à la manière dont la technologie affecte notre environnement bâti et social. C’est le scénario dans lequel je travaille depuis environ 30 ans.

Au début de mon travail, je faisais beaucoup de projets avec des étudiants en architecture et en design sur les formes d’exploration de l’espace et la manière de le manipuler. J’ai passé la plus grande partie des années 90 dans l’Allemagne de l’Est post-unification. Là-bas, je me suis intéressé à l’ensemble du processus de transformation de l’Europe centrale et orientale, et à la manière dont la technologie affecte notre perception de la culture et de la société. C’est un peu le cadre que j’ai. Dans ce cadre, je me suis particulièrement intéressé à travailler en tant que praticien, conservateur, programmeur ou coordinateur autour de projets technologiques communautaires hacktivistes, pratiques et DIY, et de scénarios qui incluent la construction de la paix et l’éducation aux médias. Ce sont là les principales thématiques qui me relient à une culture de créateur critique.

Mon travail a toujours été non commercial, et en tant que tel, je ne suis pas fan de la marchandisation de choses dans la culture maker. Je suis un partisan des logiciels libres et des technologies ouvertes ainsi que des ressources éducatives ouvertes. J’ai dirigé de très grands festivals internationaux qui se penchent sur ces thèmes. J’ai également travaillé sur des projets d’urbanisme en Afrique où les questions d’espace, de culture, de société et de politique se rejoignent. Il y a environ six ans, un petit groupe d’entre nous, des types « open tech », a formé cette petite société à but non lucratif ici à Berlin – the r0g_agency pour la culture ouverte et la transformation critique. Le nom de l’entreprise résume assez bien ce dont il s’agit. Nous nous y concentrons principalement sur la transformation post-conflit. Cela inclut les pays et les régions qui subissent de lourdes transformations, en essayant de créer une stabilité et une indépendance pour leurs citoyens. Notre approche culturelle/technique ouverte est très orientée vers les individus et les groupes qui cherchent des moyens de s’autonomiser ou de créer une indépendance économique, politique ou culturelle. Nous travaillons au Sud-Soudan et dans les régions voisines depuis plusieurs années déjà, et nous avons maintenant des programmes également au Cameroun, axés sur la crise anglophone/francophone dans ce pays. En outre, nous avons un projet en Éthiopie et nous collaborons avec des organisations sur des thèmes similaires dans d’autres pays. Les types de projets que nous développons ont tendance à prendre deux voies – qui se croisent parfois. L’une d’elles porte sur les compétences en matière d’éducation aux médias, en particulier dans la lutte contre l’incitation à la violence en ligne. Il s’agit d’un volet du programme intitulé #defyhatenow.

Utilisation de #ASKotec pour enseigner l’électronique de base à des enfants réfugiés sud-soudanais à l’école secondaire de Panyadoli, en Ouganda. 2016 Photo credit: r0g_agency

La deuxième voie est plus axée sur les technologies ouvertes et l’accès à l’information, en termes de soutien aux jeunes innovateurs, et sur le développement de médias communautaires et de centres axés sur les makers. Cela inclut, par exemple, le programme #ASKnet (réseau d’accès aux compétences et aux connaissances) qui est actuellement en cours au Sud-Soudan et en Ouganda, et qui développe des idées similaires au Pakistan et ailleurs. Grâce aux initiatives de type « maker » de #ASKnet, des programmes et des projets ont été développés qui traitent essentiellement de situations où vous avez peu ou pas d’accès à l’électricité, ni à Internet et une faible infrastructure en général… Souvent combinée à des environnements politiques ou administratifs difficiles. En collaboration avec les communautés de jeunes makers avec lesquelles nous travaillons depuis quelques années maintenant, comme Platform Africa, un centre pour les réfugiés du Sud-Soudan membre de #ASKnet dans le nord de l’Ouganda, nous avons développé un système appelé #ASKotec (Access to Skills and Knowledge open tech emergency case). Il s’agit d’une sorte de makerlab portable, orienté vers l’apprentissage de sujets tels que l’électronique simple, l’énergie solaire, les systèmes mécaniques, la culture de la réparation et l’informatique de base, avec de nombreuses ressources communes que nous considérons généralement comme acquises mais qui ne sont pas nécessairement faciles à trouver sur le terrain dans des endroits éloignés. Notre objectif est de savoir comment maximiser les situations avec des ressources extrêmement minimales.

Platform Africa :

Comment définissez-vous ce que l’on appelle la « culture maker » ?

Pour moi, la culture maker est vraiment une culture de la critique. Il s’agit aussi de réparer les choses, d’être efficace avec ses ressources, d’économie circulaire, de réduire les déchets, d’upcycler plutôt que de simplement recycler, de culture de la réparation, de hacktivisme au sens positif du terme, d’ouvrir les choses et de voir comment elles fonctionnent, ainsi que de créer et de réorienter les choses et les rendre plus utiles de manière nouvelle et créative.

Avez-vous déjà participé à des programmes de mobilité dans le passé ? Pouvez-vous nous parler de votre/vos expérience(s) ?

J’ai aidé à mettre en place, à développer et participé à un certain nombre de programmes de mobilité, en termes de mobilité des personnes. #ASKotec concerne la mobilité pratique de la culture maker elle-même, mais l’une des choses qui nous intéresse est d’avoir des personnes et des organisations qui interagissent, qui pollinisent les idées. Cela nous amène à essayer de trouver le genre de grands scénarios dans lesquels de jeunes innovateurs, artistes, journalistes, techniciens, photographes sont accueillis dans d’autres environnements afin de créer ce sentiment d’échange, d’apprentissage, et voir cette pollinisation croisée des idées et des expériences.

Au début des années 90, j’ai beaucoup travaillé avec des artistes et des professionnels des médias d’Europe centrale et orientale alors que j’étais basé en Allemagne de l’Est… une sorte d' »espace de transit » entre l’Est et l’Ouest à l’époque, où faciliter l’échange de professionnels de la culture était important pour l’unification sociale du continent. En collaboration avec une organisation appelée Werkleitz Gesellschaft nous avons lancé un programme appelé EMARE (Programme européen d’échange de résidences pour artistes média – lire notre série récente sur EMARE, n.d.e.) Il s’agissait d’accueillir des artistes d’un pays dans des organisations d’un autre pays afin de produire de nouvelles œuvres d’art, l’objectif premier étant de favoriser les échanges Est/Ouest. Le projet est toujours en cours aujourd’hui… 25 ans plus tard, mais avec une portée paneuropéenne plus large, pas nécessairement strictement Est/Ouest.

Dans le travail que je fais avec r0g_agency, nous avons des objectifs similaires, mais nous cherchons à avoir plus d’échanges Sud/Sud ou Afrique/Asie. Les réseaux dont nous faisons partie, tels que le GIG (Global Innovation Gathering) contribuent à soutenir ces échanges, tandis que des programmes spécifiques, tels que le SSMLab (South South Media Lab Collaboration) par notre partenaire icebauhaus e.V. soutiennent cette partie essentielle de ce que nous faisons : des échanges interculturels. d’idées, d’expérience et de résidences.

Participants du icebauhaus SSMLab Collaboration from East-Africa and South-East Asia meeting à Addis Ababa, Ethiopie, 2018 Photo credit: Nebila Adumelik

Certains des principaux résultats de nos projets, que ce soit #defyhatenow, le Migrant Media Network ou #ASKnet n’existent que sur papier car nous nous intéressons souvent à la culture en ligne mais dans des environnements hors ligne. Nous avons créé le CAMP (Critical Artistic and Media Practice) Folio de 16 pratiques « anonymes ». Cela signifie que nous avons examiné 16 participants au SSMLab et organisations d’accueil et nous sommes concentrés sur ce qui les pousse à faire ce qu’ils font et comment ils décrivent leur pratique. Il ne s’agissait pas d’une biographie de 16 personnes mais de 16 méthodologies critiques et artistiques qui mènent ensuite à la mobilité et à la manière dont la mobilité soutient ce type de pratique.

Mais il y a des questions importantes comme l’empreinte carbone de ces échanges. Nous sommes très opposés à ce que des personnes qui prennent l’avion à l’échelle intercontinentale viennent assister à une conférence de 20 minutes quelque part. En ce sens, nous sommes heureux que le Covid-19 nous oblige à traiter cette question et à apprendre comment faire les choses plus efficacement en ligne.

Cependant, lorsque nous ferons ces échanges et que les gens seront autorisés à voyager à nouveau, nous voudrions voir les gens intégrés dans un contexte culturel pendant une période plus longue. Ainsi, lorsqu’ils rentreront chez eux, ils apporteront vraiment quelque chose de nouveau en partage à leur communauté. Je pense que cela a une grande valeur.

Quels étaient vos contextes préférés lorsque vous avez participé à des programmes de mobilité en Europe ou à l’étranger ? Ateliers ? Symposiums ? Formations ? Résidences ?

Ceux qui ont donné l’espace pour partager de grandes idées ! (rires) Permettre aux gens d’explorer des choses qu’ils ne feraient peut-être pas dans leur pays d’origine et leur donner la possibilité de voir les choses sous différents angles. Beaucoup de scénarios avec lesquels nous travaillons sont des scénarios de construction de la paix. Ce type de travail contribue à favoriser la paix et la stabilité ainsi que l’autosuffisance économique. Il ouvre des portes et permet de mettre en place des processus qui, autrement, pourraient être fermés. Il s’agit essentiellement d’une mise en réseau active de personnes et d’organisations qui va au-delà du simple courriel de présentation ou d’une conférence de deux jours.

#ASKnet hub GIG members from GoGirlsICT and ATAKAHUB South Sudan, YEF and Platform Africa Uganda, and ASKlab Kenya at STEAM & maker workshops, DOTS 2019 Photo credit: r0g_agency

Qu’est-ce qui vous a manqué pour mieux développer votre pratique créative ?

Je suppose qu’il n’y a jamais assez d’argent pour faire les choses correctement. Il est souvent difficile de convaincre les organisations ou les bailleurs de fonds de ce genre de choses. Dans d’autres cas, les programmes peuvent être très restrictifs. Par exemple, il existe de nombreuses possibilités de financer des étudiants de troisième cycle pour obtenir une bourse d’études. En Allemagne, vous avez le programme DAAD par exemple.

Nous travaillons avec beaucoup de jeunes gens qui sont brillants mais qui n’ont peut-être même pas fait d’études secondaires. Ils sont exclus de ce type de bourses parce qu’ils n’ont pas les documents nécessaires pour obtenir un diplôme de premier cycle. Nous pensons qu’il y a une place dans ce monde du financement pour s’intéresser à ces personnes également. Avec la possibilité d’étudier, ils peuvent devenir le point d’ancrage de la stabilité dans leur communauté d’origine. Dans notre travail, nous nous penchons sur ces questions, en particulier dans le cas des réfugiés et des victimes de migrations dangereuses et tout le reste. Plus nous faisons pour renforcer la position des individus dans leurs communautés d’origine, mieux ils peuvent s’équiper des outils de connaissance pour agir localement, et plus nous sommes en mesure de travailler contre les migrations dangereuses et irrégulières, par exemple.

r0g_agency STEAM Open Tech workshop avec les apprentis de Orangi Pilot Project à Karachi, Pakistan, 2019 Photo credit: r0g_agency

Voyez-vous des lacunes dans les programmes de mobilité en ce qui concerne les pratiques et la culture des makers ?

Au début, il est parfois difficile de connaître l’identité de l’auteur ou de l’organisation dans les différents contextes locaux. Parfois, les attentes sont extrêmement élevées et lorsque ces attentes ne sont pas satisfaites, il peut y avoir déception. Cependant, c’est un phénomène plus rare. La grande majorité des programmes de mobilité et de mise en réseau auxquels j’ai participé ont finalement été tout à fait satisfaisants et je veux pouvoir en faire plus ! Les facteurs limitants sont le temps et l’argent. Il faut beaucoup d’organisation et de recherche dans des domaines qui sont souvent complexes sur le plan logistique et bureaucratique (par exemple, la gestion des visas). Souvent, des fonds sont disponibles pour permettre à quelqu’un de se rendre quelque part, mais le travail de fond que nous devons faire pour que cela se produise est souvent énorme (rires).

Faciliter une mobilité compliquée nous aiderait. Mais nous ne prenons pas « non » comme une réponse ! Nous n’avons jamais, jamais échoué à permettre à quiconque de passer de A à B, quelles que soient les circonstances. Mais il s’agit presque toujours d’une quantité énorme de travail, qui n’est généralement pas rémunérée.

Qu’est-ce que la mobilité en temps de pandémie mondiale ? Faut-il encore investir dans ce domaine ? Et, compte tenu de nos restrictions de voyage, comment pouvons-nous continuer à nous développer et à renforcer les réseaux, si nous ne pouvons pas nous rencontrer ?

Bien sûr, nous espérons que cette pandémie est une anomalie, mais dans notre travail, nous sommes souvent confrontés à des situations aussi extrêmes… la pandémie est aussi une forme de conflit. C’est la première fois qu’une telle situation nous touche en Europe. Dans un certain sens, cela a un côté positif, car cela nous fait prendre conscience, en tant qu’Européens, que nous sommes comme n’importe qui d’autre sur la planète. Personne n’est, excusez-moi d’utiliser le mot « immunisé », contre ce genre de choses. Nous avons vu le virus Ebola en Afrique et d’autres choses extrêmement horribles ailleurs – et nous avons eu la chance d’être pour la plupart épargnés. Mais lorsque cela se produit, et que notre mobilité est affectée, cela nous donne l’occasion de tester les systèmes de partage des connaissances dont nous parlons et sur lesquels nous travaillons tout le temps lorsque nous sommes mobiles. Étant donné que notre mobilité est limitée, nous devons mettre toute notre théorie en pratique.

C’est le test ultime pour le type de partage des connaissances et d’accès aux compétences et au travail d’information que nous faisons. C’est le contenu du travail. La mobilité est, disons, le véhicule d’interaction pour cela.

Pour l’instant, nous avons suspendu tous les voyages intercontinentaux et interrégionaux dans le cadre de notre travail. Nous n’échangeons pas de personnes tant que la sécurité n’est pas suffisante pour le faire. Même s’il est légalement ou techniquement possible pour une personne de se déplacer d’un endroit à un autre en ce moment, nous refusons. Nous ne voulons pas que le virus se propage ! Nous devons retourner la situation et voir l’autre extrême : comment pouvons-nous mettre ce que nous avons appris dans différentes formes de mobilité qui nous permettent de rester chez nous. L’accent est mis sur l’amélioration de la sécurité des communications, le partage de l’information et le fait de ne pas permettre aux gouvernements ou aux agents de conflit d’accéder à vos informations. Ainsi, l’apprentissage et la pratique de la confidentialité des données et de la sécurité numérique personnelle dans les situations de conflit prennent une nouvelle signification.

En savoir plus sur r0g_agency et Platform Africa.

MakersXchangeest un projet pilote cofinancé par l’Union européenne. Le projet MAX est mis en œuvre par le European Creative Hubs Network, Fab Lab Barcelona, UPTEC et Makery.

A lire également