ArtLabo Retreat – Ile de Batz, 16-24 Août 2020

This post is also available in: English

Dans le cadre de ses activités au sein du réseau européen Feral Labs Network, Makery organise du 16 au 24 août son premier summer camp sur l’Île de Batz dans le Finistère.

Depuis 2015, Makery est membre du réseau ArtLabo. Le rendez-vous ArtLabo Retreat 2020 manifeste la rencontre entre le réseau européen Feral Labs et le réseau français ArtLabo, deux réseaux partageant des pratiques de recherche-création Art/Société/Technologies.

En raison du Covid-19, le rendez-vous ArtLabo Retreat a cependant du réduire ses effectifs et renoncer à un appel à projets.

Feral Labs Network

Feral Labs Network, un réseau de hubs temporaires et délocalisés de recherche en art, technologie et communautés, est composé de six partenaires de six pays de l’UE, qui se sont réunis dans leur intérêt commun pour la recherche en arts et sciences et les communautés contemporaines Do-It-Yourself (DIY) & Do-It-With-Others (DIWO). Au lieu de s’intéresser à des modes de présentation tels que les expositions et les festivals, le réseau Feral Labs s’attache à connecter et à organiser une série de camps et d’environnements créatifs temporaires de format similaire, en mettant l’accent sur des activités basées sur des processus tels que l’apprentissage par les pairs, le travail de terrain, la recherche et la co-création. Le point commun de ces activités est leur mise en place délibérée dans un environnement éloigné, loin de l’habituel cadre urbain des centres de création contemporains.

Depuis deux ans, les partenaires du projet créent une variété de pôles créatifs temporaires qui varient en termes de portée, de format et de sujets couverts, mais qui ont tous un point de départ méthodologique commun : temporaire, international, distant, ouvert et transdisciplinaire (art-technologie-science).

Le réseau Feral Labs est initié et coordonné par le Projekt Atol Institute (SI) en partenariat avec Makery/Digital Art International (FR), Catch/Helsingør Kommune (DK), SCHMIEDE HALLEIN – Verein zur Förderung der digitalen Kultur (AT), Bioart Society (FI) et Udruga za razvoj uradi sam kulture Radiona (HR).

Réseau ArtLabo

Depuis sa création informelle aux alentours de 2004, ArtLabo est animé par des structures comme la Labomedia (Orléans), PIB (Tours), le Lieu multiple (Poitiers), Bandits-Mages (Bourges) et l’association PiNG (Nantes) mais surtout beaucoup de personnes engagées sur des territoires communs de recherche-action. ArtLabo organise des rencontres depuis de nombreuses années, 0camp à Nantes en 2015, 1camp en 2016, ou encore lors des Human Tech Days / Rencontres Arts & Sciences Friction à Bourges en janvier 2020. Le principe : à partir d’un axe de travail commun, les structures partenaires, ainsi qu’un large réseau d’intervenants, testent pendant une période donnée l’exploration collective d’un sujet autour d’une programmation, de débats ou d’une série coordonnée d’actions communes.

Ateliers

ArtLabo

Animé par Julien Bellanger et Catherine Lenoble

Derrière la philosophie de projets collaboratifs et d’échanges informels, l’atelier ArtLabo Retreat 2020 sera l’occasion de discuter et tester des outils et pratiques liées à la documentation et récits de nos expériences vers plus d’autonomie numérique (Radio, écriture pad avec CodimD, système autonome ou non, etc.).

MyOwnDocumenta

Animé par David Guez

MyOwnDocumenta.art est une plateforme en ligne indépendante, un carnet de bord collectif où chaque artiste/auteur poste régulièrement et à son rythme des publications sur des projets en cours, des anciens projets, des fragments de projets non terminés…, le processus étant privilégié au résultat final.

L’invitation se fait par parrainage, d’artistes à artistes mais aussi via des « opérateurs de l’art » indépendants (structures, collectifs, revues, commissaires, critiques, éditorialistes..) qui proposent des auteurs dont ils suivent le travail, soit au fil de l’eau, soit en préparation d’événements particuliers (festivals, lectures, ateliers…) MyOwnDocumenta a débuté son aventure le 3 avril 2020 et archive à ce jour un corpus de 611 publications édités par 123 auteurs et 9 opérateurs.

Pendant le rendez-vous ArtLabo Retreat sur l’Île de Batz, MyOwnDocumenta.art permettra de créer un compte et de publier de façon autonome et au fil de l’eau des éléments sur les projets en cours ou qui seront montrés pendant la semaine.

Roscosmoe

Animé par Ewen Chardronnet

L’objectif du projet Roscosmoe est de narrer le voyage du Symsagittifera roscoffensis, un ver marin symbiotique, « animal-plante » exceptionnel du littoral breton, dans les étapes de sa sélection comme « candidat cosmonaute » en vue de son départ possible pour l’espace extra-terrestre. Roscosmoe est une narration spéculative explorant la théorie endosymbiotique de l’évolution (Lynn Margulis), notre nature multispécifique, la fragilité des symbioses et environnements marins face au réchauffement climatique, l’acidification des océans et les influences anthropogéniques, les notions d’écologie spatiale et l’étude du vivant et de l’évolution de la vie en regard de conditions de gravité variable. Le projet Roscosmoe vise la création d’une installation artistique qui prendra la forme d’un aquarium-bathyscaphe connecté et auto-suffisant contenant une colonie de vers marins en eau de mer. Ce prototype spéculatif d’un futur module de recherche pour station spatiale sera entouré de dispositifs multimédias proposant les données vitales et environnementales du dispositif en temps réel, un système de multidiffusion des différentes étapes de la sélection du « candidat-cosmonaute ». L’atelier sur l’Île de Batz a pour objectif de se familiariser avec l’espèce Symsagittifera roscoffensis et de déterminer les procédés scénaristiques de la narration spéculative autour du projet Roscosmoe.

Roscosmoe a obtenu l’aide au développement du CNC-Dicréam.

Symbiotic Earth

Animé par Xavier Bailly et Ewen Chardronnet

Visionnage du documentaire Symbiotic Earth sur la biologiste de l’évolution Lynn Margulis sur deux matinées les mardi 18 et mecredi 19 août suivies d’une discussion autour du film le 19 août par Xavier Bailly, chercheur du laboratoire Modèles Marins Multicellulaires de la Station Biologique de Roscoff.

Symbiotic Earth explore la vie et les idées de Lynn Margulis, une scientifique brillante et radicale, dont les théories non conventionnelles ont défié la communauté scientifique dominée par les hommes et qui, aujourd’hui, changent fondamentalement notre façon de nous considérer, de considérer l’évolution et l’environnement.

Jeune scientifique dans les années 1960, Margulis a été ridiculisée lorsqu’elle a proposé pour la première fois que la symbiose était un moteur essentiel de l’évolution, mais elle a persisté. Au lieu de la vision mécaniste selon laquelle la vie évolue grâce à des mutations génétiques aléatoires et à la compétition, elle a présenté un récit symbiotique dans lequel les bactéries s’unissent pour créer les cellules complexes qui forment les animaux, les plantes et tous les autres organismes – qui forment ensemble une entité vivante multidimensionnelle qui recouvre la Terre. Les humains ne sont pas le sommet de la vie ayant le droit d’exploiter la nature, mais font partie de ce système cognitif complexe dans lequel chacune de nos actions a des répercussions.

Le cinéaste John Feldman a voyagé dans le monde entier pour rencontrer les collègues de Margulis, à la pointe de la technologie, et leur a constamment posé des questions : Que se passe-t-il lorsque la vérité change ? Le film Symbiotic Earth examine la vision du monde qui a conduit au changement climatique et au capitalisme extrême et propose une nouvelle approche pour comprendre la vie qui encourage un mode de vie durable et symbiotique.

ATELIER21 ENERGYLAB : « Inhale the past, Exhale the future, Fly with the sun »

Animé par Cédric Carles et Loïc Rogard

L’histoire de l’énergie regorge d’innovations fantastiques, de dispositifs précurseurs qui n’ont pas été jugés pertinents ou fiables à leur époque, qui n’ont pas trouvé d’usagers intéressés ou à qui il manquait une brique technique pour rendre le système efficient. Pourtant ces inventions oubliées sont en mesure, aujourd’hui, de répondre favorablement et de manière sans doute inattendue aux enjeux du monde qui vient. Cette nouvelle écriture de l’histoire de l’énergie appelle une vision d’ensemble qui permet de dérouler sur d’autres phases d’analyse et de création fertiles. La méthodologie de la plateforme paleo-energetique.org propose donc d’explorer le domaine public, la retrotech et la lowtech afin d’y exhumer des innovations injustement oubliées. « Inhale the past, Exhale the future » : la Arte Labo Retreat sera l’occasion d’une rétrospective autour de la fondation Aerocene, de réunir une iconographie collective et de reconstituer une histoire des vols et des machines pour voler, plus folles les unes que les autres, dont celles qui utilisent des vélos ou encore de l’énergie solaire. « Fly with the sun », en fonction de la météo, nous pourrons organiser des vols avec le ballon solaire Aerocene Backpack d’Aerocene Community France, il sera possible de faire des prises de vue avec go pro, de tester le poids maximum levable par le ballon, etc.)

Le site d’Atelier21.

Expériences de maturation sonique : traiter les boissons avec de fortes doses d’énergie ultrasonique

Animé par Roland Fischer

S’agit-il de chimie physique ou d’une escroquerie de potentiation ? Qu’arrive-t-il aux alcools forts lorsqu’ils sont stimulés par des ondes ultrasoniques ? Lorsqu’ils sont secoués très fort, de l’intérieur vers l’extérieur ? « La couleur et la saveur du bourbon du Kentucky proviennent du bercement sur l’eau. Le bourbon était chargé sur les bateaux dans le Kentucky, et le temps qu’il voyage jusqu’aux personnes qui l’achetaient, son goût s’améliorait. »

THINK TANK, groupe éphémère de discussion-débat autour de :

Art et conscience (non-dualité et pensées non-binaires)

Animé par Joachim Montessuis

Des Vedas (connaissance) à la Scientia latine (connaissance), jusqu’à l’Intelligence Artificielle en passant par la quantique, nous sommes amenés à expérimenter notre rapport à la réalité soit avec une approche classique dualiste et objective, soit avec une approche plus subtile, très ancienne et très actuelle : la non-distinction entre conscience et matière. Cette approche redéfinit intégralement notre relation à la réalité, à l’espace social, politique et donc artistique. Mais quelles sont vraiment les différences entre dualisme et non-dualisme ?
L’ego subjectif de l’artiste (ou même ego collectif) reste t’il une notion suffisante de nos jours ? Pouvons nous dépasser la binarité existentialiste de l’ego de l’artiste qui serait maître de sa réalité et de son destin, afin de faire une expérience plus profonde ? Qui crée, pour qui, et à quel profit ? L’éveil non-duel est t’il la dernière avant-garde dans un monde mutant ?

 

Les participants et résidents du rendez-vous ArtLabo Retreat :

Xavier Bailly (Laboratoire M3, Station Biologique de Roscoff, Fr)
Charlotte Bartissol (Atelier21, Fr)
Julien Bellanger (Ping, Fr)
Corisande Bonnin (Fr)
Cédric Carles (Atelier21, Fr)
Ewen Chardronnet (Makery, Fr)
Shu Lea Cheang (Tw/US/Fr)
Florence Cherrier (ArtLab – Mains d’œuvres & La Station, Fr)
Julie Corre (Fr)
Eric Daviron (Collectif Mu & La Station, Fr)
Roland Fischer (Symbiont.space, Ch)
Clément Gasque (GDP, Fr)
David Guez (MyOwnDocumenta, fr)
Agathe Herry (Fr)
Charlotte Imbault (Fr)
Wolf Kuehr (Volumes, De/Fr)
Olivier Le Gal (Collectif Mu & La Station, Fr)
Catherine Lenoble (PIB, Fr)
Alice Marsal (Fr)
Anne Métrard (Fr)
Joachim Montessuis (Fr)
Florence Morat (Fr)
Olivier Morvan (Fr)
Dominique Petigand (Fr)
François Robin (Makery, Fr)
Loïc Rogard (Atelier21, Fr)
Gaël Segalen (Fr)
Lionel Sayag (Fr)
Marc Swyngedauw (Fr)
Anaïs Tondeur (Watermarks, Fr)
Miha Turšič (Waag, Si/Nl)

ArtLabo Retreat est un événement du Feral Labs Network et est co-financé par le programme Creative Europe de l’Union Européenne.