Pourquoi Feral Labs ?

En Europe, dans les Amériques et en Asie, nous assistons à la création d’un nombre croissant de Creative Hubs, Maker-, Bio-, Art-, Coworking- Labs et -Spaces. Désormais, les espaces de hacking (et de hackers) de la vieille école, dédiés principalement au codage plutôt qu’à bricoler avec des machines, ont réorienté leur attention pour mieux répondre aux besoins de la nouvelle culture « maker ». Avec l’utilisation de machines à commande numérique abordables, d’imprimantes 3D, de techniques de numérisation 3D, de drones, de microcontrôleurs et de divers types d’électronique de bricolage open source, nous assistons à une évolution de la production numérique au-delà des royaumes immatériels, loin des écrans d’ordinateur, vers la rematérialisation, les formes tangibles, mais aussi vers les réalités tridimensionnelles virtuelles et augmentées.

Ces nombreux centres créatifs nouveaux et réinventés fonctionnent comme des initiatives qui offrent aux participants un espace social doté d’opportunités technologiques, un espace où chacun est encouragé à expérimenter, explorer, créer et partager. Ce qui imprègne également ces espaces, c’est un nouvel élan de la culture libre et ouverte : les débats fondamentaux sur les contenus numériques propriétaires et non propriétaires semblent moins passionnés et les communautés sont beaucoup plus fortes et diversifiées. Les créateurs, les artistes et les scientifiques partagent librement leurs contenus créatifs sur Internet. L’utilisation de licences ouvertes telles que Creative Commons est très répandue et au sein des communautés en ligne, la diffusion publique des modifications apportées aux sources originales « empruntées » est fortement répandue et encouragée.

Depuis des décennies, nous entendons dire que l’apprentissage tout au long de la vie est la norme. Pourtant, l’esprit des Creative Hubs contemporains met l’accent sur l’apprentissage actif dans un contexte social. Leur mode de fonctionnement est l’apprentissage par la pratique, bien que le plus précieux n’est pas de devenir l’expert ultime, mais la capacité de partager vos connaissances dans un environnement social et d’être ouvert à l’apprentissage avec les autres.

Ces activités basées sur les communautés créatives correspondent au monde du manque paradoxal d’informations à une époque de flux d’informations illimités. La communication directe entre homologues est de plus en plus importante pour obtenir les informations pertinentes, façonner le contexte et gérer les « filtres de recherche ». Dans le domaine des avancées technologiques rapides et toujours plus abordables, l’éducation informelle joue un rôle beaucoup plus indispensable que jamais. L’apprentissage par les pairs s’adapte aux besoins et aux intérêts de manière beaucoup plus rapide que les systèmes d’éducation formelle. Cela ne signifie toutefois pas que l’un et l’autre entrent nécessairement en discorde. Pour être honnête, beaucoup de ces Creative Hubs qui s’adaptent rapidement doivent une grande gratitude pour leur existence aux « vieilles » structures académiques et au système éducatif. Néanmoins, alors que chacun semble créer ses propres espaces de création et laboratoires de création, il devient évident que nous investissons de plus en plus dans les modes d’apprentissage par les pairs et de co-création au sein des institutions scientifiques et éducatives du monde entier.

À l’instar de l’art, de la culture et de l’éducation, le « visiteur » plutôt passif du XXe siècle semble de moins en moins pertinent en sciences et en ingénierie également. De plus, cette pensée s’étend au-delà du monde de la culture. L’agenda politique actuel de la Commission européenne dans le domaine de la science, par exemple, consiste à approuver les objectifs et les moyens de l’innovation ouverte, de la science ouverte et de l’ouverture au monde (- les trois O). De grands espoirs sont projetés dans des concepts tels que la science citoyenne et la science ouverte, qui recèlent des potentiels considérables pour une plus grande transparence, la légitimation (démocratique) de la recherche scientifique et le renforcement de la créativité dans la pensée et la création.

En dépit de ces changements, propagés par l’extension de la numérisation à tous les pores du processus de création contemporain, la barrière entre le créateur et le(s) public(s) existe toujours. Les œuvres de création et les résultats de la recherche artistique sont encore principalement présentés lors d’expositions, de spectacles, de biennales, de festivals et selon d’autres modalités standard qui maintiennent la séparation typique entre l’auteur et le ou les visiteurs, spectateurs, public(s). Nous ne prétendons pas que les biennales d’art, les festivals internationaux et les expositions d’art sont obsolètes et devraient disparaître, tout comme nous ne préconisons pas le désassemblage du système de revues scientifiques (avec comité de lecture) et de conférences internationales, ni l’annihilation du milieu universitaire. Nous ne pensons pas que les concerts, les spectacles et les expositions de galeries ne jouent pas un rôle essentiel dans l’avenir de l’art. Au contraire, ils pourraient se transformer, mais ils sont là pour rester.

Cependant, nous sommes certains que ces formules ne sont pas toujours adéquats. Pour propager et développer efficacement les pratiques du travail contemporain au croisement de l’art, du design, de l’ingénierie et de la science, dont nous pouvons observer la convergence dans les communautés créatives contemporaines, nous devons également penser à des formats moins centrés sur la présentation et à des activités plus axées sur les processus. Ce qui doit être encouragé, ce sont d’autres types de modalités qui tiennent compte des leçons tirées de ces nouvelles formes de production et ne négligent pas des questions telles que :
– Que signifie créer, présenter et diffuser des œuvres d’art dans le contexte d’une production numérique contemporaine (re-matérialisée, tangible) ? Quels rôles les communautés et les approches participatives jouent-elles dans la création dans le contexte de la production culturelle née numériquement ?
– Comment créer, distribuer et présenter l’art aujourd’hui ? Et dans le futur ?
– Si les Creative Hubs reposent sur une structure commune forte, quels sont le rôle et l’importance de ces derniers au-delà de leurs communautés locales ? Comment ces environnements créatifs s’interconnectent-ils aux niveaux local, régional et européen ?
– Comment élargir et élargir les réseaux d’opérateurs culturels contemporains traitant de la technologie ? Comment pouvons-nous utiliser les leçons les plus précieuses de l’apprentissage informel et basé sur les pairs grâce à un échange de connaissances basé sur la demande et à une co-création intensive ? Comment pouvons-nous diffuser et diffuser du contenu au-delà des réseaux homologues immédiats ? Et comment permettons-nous à nos pairs de propager les résultats encore plus loin, à des pairs hors de notre portée immédiate ?

Afin de répondre à ces questions, le projet Feral Labs réunit un consortium de partenaires autour d’un réseau de pôles temporaires de dislocation dédiés à la recherche en art&technologie et aux communautés associées. Six partenaires de six pays de l’UE ont partagé leur intérêt commun pour la recherche en arts&sciences et les communautés contemporaines de bricolage (DIY) et de bricolage avec d’autres (DIWO) et organiseront un ensemble varié d’actions en 2019 et 2020. Au lieu d’utiliser des modes de présentation tels que des expositions et des festivals, notre objectif principal sera de connecter et d’organiser une série de camps et d’environnements de création temporaires similaires, tous avec un accent particulier sur les activités basées sur les processus comme l’apprentissage par les pairs, le travail sur le terrain, la recherche-création. Le point commun de ces activités est leur emplacement délibéré dans un environnement éloigné, loin de la configuration urbaine habituelle des pôles créatifs contemporains. Les partenaires créeront une variété de pôles créatifs temporaires dont la portée, le format et les sujets abordés varieront, mais qui auront tous un point de départ méthodologique commun. Ces actions seront en outre étendues et connectées via une stratégie transnationale de dissémination et communication forte et les programmes de développement qui l’accompagnent, ainsi que des programmes d’artistes en résidence orientés vers la communauté.

Le réseau Feral Labs est cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne. La coopération est menée par l’Institut Projekt Atol à Ljubljana (Slovénie). Parmi les autres partenaires de #ferallabs : Bioart Society (Helsinki, Finlande), Catch (Helsingor, Danemark), Radiona (Zagreb, Croatie), Schmiede (Hallein, Autriche) et Art2M/Makery (France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *